Rechercher
  • Joel rock

Niko Paris City Breakers


38 ans d’activisme HIP HOP


Niko Noki n’est pas qu’un pionner qui a eu la chance d’être née à la bonne époque.

Il a surtout été une référence pour toutes une génération de danseur en Europe.

Mais son histoire ne se résume pas à la danse, car sa vie de producteur est tout aussi atypique et incroyable.

Pour commencer ce blog, je dois avouer que j’ai eu la naïveté de penser qu’il était une icône éphémère du hip-hop avec quelques petites expériences par-ci par-là, sans percevoir toute son influence jusqu’à aujourd’hui.

Son témoignage m’a remis les points sur les I et les barres aux T .




La genèse


Niko passe ses premières années dans la banlieue parisienne à Pontoise qu’il quittera avec sa famille pour aller vivre à Paris dans le quartier des Halles en 1976. Ce quartier qui fait partie de l’histoire du hip hop deviendra par la suite son quartier général bien avant que tous les danseurs en fassent leur QG.

1979 sera l’inauguration du forum des Halles.

Donc lorsqu’un danseur des premières générations vous dira qu’il a connu les premières années Châtelet, Niko pourra vous dire qu’il a assister au premier coup de pioches des Halles.


Avant de commencer son aventure en tant que danseurs passionné, il était comme beaucoup de jeunes un passionné de roller. Il se baladait au Trocadéro où il fit la rencontre de Willy qu’il considérera très vite comme son mentor et même son grand frère.


L’une de ses premières piqûres sera encore le NY City Rap Tour 82 . J’en parle dans quasiment chaque blog donc encore une fois pas besoin de développer. Je pense qu’il est important de comprendre que le NYCRT est à l’image de la finale de la coupe du monde en 1998 pour les passionnés de la culture Hip-hop, car c’est clairement l’un des tournant du développement Hip-hop français.


Contrairement à d’autres, Il n'y assistera pas, mais il aura été un téléspectateur curieux et assidu .

À peine l'émission finie, il fut habité d’une mission qui est celle de réussir le fameux « moonwalk » de Mr Freeze et de reproduire de mémoire quelques mouvements au sol qu’il avait vu ,sans vraiment les comprendre, réaliser par les Rock Steady Crew.

Déjà très jeunes son mental lui permettra d’apprendre, en comprenant des mouvements juste de mémoire.


A partir de 1983, il commença à s’entraîner plus sérieusement avec Willy qui faisait déjà partie des PCB. Il lui fera connaître les lieux incontournables comme le foyer de Montorgeuil un peu comme une MJC où il pourra côtoyer un danseur comme Maurice des Requins Vicieux et aussi Joey Starr bien avant NTM.


Voici une vidéo permettant d'illustrer son univers.



En l’espace de 2 ans il aura déjà vécu beaucoup d’expériences.


1984 FORMATION DU GROUPE PARIS CITY BREAKERS - ZULU KING

1984 ARTISTE DANSEUR CHEZ ARTMEDIA PARIS !

ÉMISSION HIP HOP - TF1 - SIDNEY DUTEIL

CONSULTANT JUGE ET PROFESSEUR

EMISSION SEX MACHINE - ANTENNE2 - PHILIPPE MANOEUVRE ET JEAN PIERRE DIONNET – DANSEUR

1984 FETES ET FORT AUBERVILLIERS - PREMIERE BLOCK PARTY EN FRANCE – JUGE

1984 FONDATION DES ZULU 5 - STREET GRAFFITI - JOEYSTARR- CHINO - NIKO - SOLO - FROG

1984 A 2019 SHOW SPECTACLE CHOREGRAPHIE ET MASTERCLASS - FRANCE - ITALIE

1985 FILM LIBERTE EGALITE CHOUCROUTE - JEAN YANNE - UGC - DANSEUR

1983 A 1994 BATTLE BBOYING INTERNATIONNAL



Solo plus qu’un duo


Durant deux ans, il passait son temps à s’entraîner pour arriver à un niveau qui en choquera plus d’un. C’est lors d’une soirée à l’hôtel Nikko à paris qu’il fit la rencontre de Solo lors d’un défi. Ils se séparèrent sans même s’adresser la parole. Niko raconta alors à son ami d’enfance Willy sa rencontre avec Solo. Willy les fit se rencontrer un soir aux Halles avant d’aller finir la nuit dans le club parisien à la mode « les bains douches ». Ce soir-là l’ alchimie naquit entre eux et les poussa à devenir deux amis et un duo d’exception. Cette histoire est déjà expliquée dans l'un des blogues que vous avez bien sûr déjà lu …

(Le soir même)

A force d’évoluer on a proposé à Niko d’intégrer les PCB. Cependant étant le dernier à être arrivé il se produira que dans très peu d’émission. Néanmoins, il fera la tournée des scènes avec Sydney


https://www.legionacademy.fr/post/solo-mais-jamais-seul


Solo et Niko deviendront naturellement les porte-drapeaux des PCB qui seront très régulièrement défiés dans toutes les soirées par tout les danseurs de l’époque. En effet les voyant à la télé tous les dimanches ils étaient devenus la référence du bboying français. Pendant cette période, les autres danseurs étaient même capables de se cacher afin de voler les footworks et les phases que le duo inventaient lors de ses entraînement dans le forum des Halles. Solo et Nico seront d’accord sur un point, ils n’ont jamais eu un défi perdu.

Le plus grand défi que Niko vivra durant cette période était celui contre Solo.

Niko qui est un vrai passionné, resta toujours à l’affût des nouveaux mouvements et en 1984 le film Beat street fut pour lui une grande source de motivation.

En 1984 quand l’émission H I P H O P s’arrêta, les premiers danseurs des PCB, Scalp Franck2Louise et Willy feront le choix d’arrêter la danse pour aller vers d’autres projets.

Fin 1984, Solo et Niko recrutèrent alors de nouveaux membres Bboy flyD, Bboy Wilson (ex hip hop force) Joey Starr et Maurice.


Durant cette période, Niko était un étudiant en terminale scientifique mais il eut la bonne idée le jour de la fête de la musique d’aller danser sur la scène du Tropicadéro en direct du Trocadéro avec son crew les PCB et Sidney. Ce fut la veille d’un examen du bac auquel il ne se rendit pas. La sentence fut irrévocable...


Une terre d’adoption


Joey starr qui était partie en Italie lui proposera de venir car le mouvement hip-hop y était en plein essor. Arrivé là-bas ils firent des spectacles rémunérés, des cours de danse. En effet ils étaient plus forts que la plus part des danseurs en Italie. Durant cette escapade, il rencontra aussi Junior Almeida et Thony Maskot. Niko connaissait très bien Junior, il s’entraînait de temps en temps avec lui à la salle Paco Rabanne, à ces occasions il lui a transmis quelques trucs pour passer la coupole.


Il mettra en place des soirées en invitant tous les danseurs italiens. Durant ces soirées toute la communauté des danseurs italiens sera tellement influencée par lui que les noms de phases de break auront des noms français au lieu de noms américains.


Il fera le tour de l'Italie et il y restera une première fois environ six mois entre fin 84 et mi 85. Il resta alors que Joey et Maurice qui rentrèrent à Paris. Il retourne en Italie en 1986. C’est à cette période qu'il organisait les soirées et qu'il fut invité dans toutes les villes car les bboys voulaient s’entraîner avec lui . Ce qui lui permit de passer un cap et de devenir un danseur qui influencera une grande partie de cette première génération des Bboys italiens mais aussi européens grâce à la diffusion de vidéos tournées en Italie.




De 1982 à aujourd'hui, Niko continue à porter les couleurs des PCB même lorsque les membres de son groupe arrêteront, il continuera à s’entraîner avec les Aktuel force à la fin des années 80 (Majid, Karim, Ibrahim, Hassen,...) et avec les TKS au début des 90.

A ce moment, il est dans la transmission, il a passé un cap. Personne n'osait le défier. Il s'entraînait depuis 82 aux Halles. La place carrée était devenue chez lui dès l’ouverture de cette deuxième partie du forum en 85.


Le retour


Après ses moult aller-retours, sa grand-mère ayant une place importante dans sa vie lui conseillera de reprendre ses études, c'est ce qu’il fera dès 1986.

Il réussit sans difficulté à obtenir son baccalauréat scientifique et aujourd’hui il est titulaire d’un Master d’économie, spécialité sciences politiques de la Sorbonne. Ce qui lui a permis de pouvoir Gérer sa carrière dans d’autres domaines toujours liés au hip-hop


Le producteur


Avec le temps son envie de s'entraîner tous les jours s’estompa. Il avait l’impression de ne plus avoir de challenge, de défi et de ne plus s’amuser. Besoin d’autres sensations aussi fortes que la première fois où il réussit à passer la coupole. Assez naturellement, il passa de la danse au beatmaking avec peu de matos, un ordinateur Atari et un sampleur Roland s760 puis AKAI s950 et MPC 60.


Par exemple il produira une partie de l’album du collectif Bisso na bisso

les premiers sons et le concept ont été créés dans son home studio avec Passi

qui sera pendant un moment l'un dles artistes les plus écoutés de France. Ils feront un mélange de rap et de sonorités africaines, cette aventure durera jusqu’à la fin des années 90. Se retrouver à travailler sur ce projet, n’était pas pour lui quelque chose d’indifférent. En effet, durant sa jeune carrière de danseur au début du hip hop, il y avait un mélange de musique pendant les soirées. Au Phil one à la Défense, soirée hip hop et sapeur musique hip hop et africaine, il pouvait se retrouver dans des lieux comme la grange au belle ,au Phil one où il croisait des danseurs africains « sapés comme jamais » dansant sur du Break Beat. Donc le mélange de style et de culture lui paraîtra évident avant de signer en édition chez Emi publishing.


Il fut le producteur d’une rappeuse , Beedjy, à l’époque, et se trouvera également à New York dans le légendaire dnd studio de dj premier. Il alla même jusqu'à manager le groupe la relève, il sera donc pleinement dans la production comme un artiste à part entière.


Voici une liste qui laisse entrevoir son influence :.


US GRAMMY AWARDS 2002 « MEILLEUR

PRODUCTEUR » POUR ORISHAS

2013 ROCCA - MUSICAST - RÉALISATION ARTISTIQUE PRODUCTION ET COMPOSITION

2010 AMI KARIM - ENTRE LES LÂCHES ET LES HÉROS - RÉALISATION ARTISTIQUE PRODUCTION ET COMPOSITION

2009 SINGUILA - UNIVERSAL – COMPOSITION

2008 JUNIOR MIGUEZ - UNIVERSAL SPAIN – COMPOSITION ET RÉALISATION

2007 SINGUILA - UNIVERSAL - RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION.

2006 SALIF KEITA - UNIVERSAL - RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION



2002 HYMNE OFFICIEL DE LA CAN -

MALI 2002 - CHEB MAMI-PASSI-YOUSOU N'DOUR -PAPA WEMBA-FEMI KUTI-ROKIA TRAORE

2002 ORISHAS - EMIGRANTE - EMI - RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION

2000 PASSI – V2- RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION

1999 KOFFI OLOMIDÉ FEAT PASSI - AFRICAN KINGS

1999 ORISHAS - A LO CUBANO - EMI - RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION

1999 JULIE ZENATTI – SONY MUSIC – RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION

1998 HOSTILE HIP HOP VOLUME 2 - HOSTILE RECORDS - RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION

1997 PASSI - V2 - RÉALISATION ARTISTIQUE ET COMPOSITION

1996 HOSTILE HIP HOP VOLUME 1 - HOSTILE RECORDS - RÉALISATION ARTISTIQUE ET





Mais l’une des expériences aussi enrichissante que décevante est l'aventure avec Orishas.

Avec toutes ces expériences et sa grande ouverture d’esprit, Niko va créer le premier groupe de rap cubains (il y avait des groupes mais qui posaient sur des sons hip hop classiques modèle US), il créa un son mélangeant hip hop et traditions musicales cubaine, mélangeant voix rap et la voix d’un sonero, chanteur cubain sur tous les morceaux. Ce groupe va créer un style en mélangeant les musiques traditionnelles cubaines et le rap. Grâce à ce projet, il va réussir à vendre plus d’un million d’albums dans le monde. Il aura été le chef d’orchestre d’un courant musical qui aura même inspiré l’artiste Pit-Bull.


orishas – represent




Mais pour développer ce projet, il fera des demandes de soutiens financiers à sa maison de disques, qui lui accordera juste une avance sur ses droits d’auteur ce qui lui permettra de partir à Cuba avec son matériel, chose qui était interdite à l’époque. Et dans une certaine folie, il fera tout pour lancer son concept et développer ce groupe en mettant en place le premier album a lo cubano.

Ce qui sera pour lui aussi une grande surprise, c’est de s’apercevoir qu’à Cuba il pouvait aussi y avoir des festivals de hip-hop. Bien évidemment au vu des restrictions du pays, ils étaient en décalage et de plus il sera agréablement surpris de revoir l’ambiance du hip hop qu’il avait connu 15 ans plus tôt.

Avec tout cela, il réussira à faire quelque chose qui était difficile pour les cubains. Il fit sortir de Cuba les artistes. Cette « évasion » avait pour but de les produire en Europe. Ce qui était encore à l’époque une chose très compliquée. Malgré une proposition de Sony Music en France, il signera avec Emi Spain en Espagne et passera plus d’un an à Madrid avec les Orishas.


Avec ce groupe, il réussira à être disque d’or et disque de platines dans quasiment toute l’Europe. Bien sûr avec cette réussite, il produira un second album qui sera nominé et qui lui permettra de devenir producteur de l’année au GRAMMY Awards en 2002.


Come back


Pour faire un come back,et il faudrait déjà qu’il soit partie, car même si sa vie tournera essentiellement autour de la musique la danse restera omniprésente. Jusqu’au jours où il ira même à un à Battle avec un autre danseur mythique, Karim d’actuel force. C’était en 2014. Il ne donnera pas suite a cette expérience mais sera présent en tant que jury et présentant des projets autour de la culture Hip hop.Il est également au conseil d’administration de L'On2h qui est une association qui défend la culture hip-hop et qui travaille avec le ministère de la culture.


Aujourd’hui il restera toujours présent dans cette culture en y observant la nouvelle génération et sera également l’un des pourvoyeurs musicaux des films ou dessins animés en rapport avec la culture urbaine comme par exemple Ongbak, taxi 3 et foot de rue…


Etat d’esprit


Ce qui en ressort de Niko, c'est que même grâce à toutes la notoriété et la popularité obtenues à travers toutes ses épreuves, se retrouver dans un concert face à plus de 100 000 personnes n’était pas pour lui un challenge insurmontable.


Un endroit d’expression


Niko a une crainte pour la nouvelle génération, il observe que les danseurs actuels n’ont malheureusement que peu d’endroits pour s’exprimer, à part les Battle. Le manque d’événements dansants pour juste partager, est pour lui un problème fondamental car la danse devient une compétition sans fin qui provoque de la frustration et une remise en question constante, et on oublie juste la notion de plaisir.


Sa vision de ce que représente le hip hop


Je le cite :

« On avait accepté les différences de chacun comme la force édificatrice d’un l’ensemble.

En appartenant à un groupe qui avait créé un socle de valeurs communes et qui dépassait les frontières des origines sociales ou culturelles de chacun, chaque apport, chaque découverte, de l’autre, devenait une pierre qui s’ajoutait à l’édifice.

Le vivre ensemble dont on parle si souvent devenait une réalité naturelle dont la théorisation en était rendue inutile.

Cette nouvelle culture qui trouvait ses fondations dans la possibilité de rester soi même et d’être libre de faire artistiquement ce que l’on voulait, avec des réussites plus ou moins grandes, mais en avançant sans cesse et, en étant à la recherche d’une perfection inaccessible, toujours portée par le dépassement de soi, devenait un mode de pensée qui nous guiderai pour le reste de nos vies, en se nourrissant de ce qui nous entourait pour créer un tout qui nous ressemblait et, où chacun se retrouvait.

Un choix politique inconscient, dont l’insouciance constructive devenait un cheminement naturel, dont aucun de nous ne réalisait vraiment l’importance et la force.

Nous avions retrouvés notre âme d’explorateur, qui caractérise l’être humain, dans un monde qui aurai voulu nous cantonner à une unicité malsaine.

Porté sans doute par l’espoir de devenir quelqu’un d’unique reconnu par ses paires, le concept de méritocratie devenait une réalité et prenait tout son sens, à ce moment peu importe alors d’où l’on vient ou qui l’on est, seule compte où l’on va et ce que l’on est.

Tout le monde y avait sa place personne n’en était exclu.

Ma culture est HIP HOP. »



127 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout